Hommage à Marina

C’est avec tristesse et stupéfaction que nous avons appris l’assassinat de Marina FUSEAU, jeune femme éducatrice de 39 ans, poignardée le 28 octobre 2017 sur son lieu de travail, le centre d’accueil « Cécile et Marie-Anne » à Poitiers.
En cette fin d’année, nos pensées vont bien sûr à sa famille dont nous partageons la peine et à qui nous adressons
nos plus sincères condoléances, ainsi qu’à ses ami.e.s et à ses collègues.
Trois ans après le meurtre de Jacques GASZTOWTT, tué lui aussi dans l’exercice de son métier d’éducateur spécialisé et dix ans après celui de Denise LAPLACE, infirmière en secteur psychiatrique, assassinée dans son association à Bordeaux, ce nouvel assassinat pose une fois de plus la question de la sécurité des travailleuses/leurs sociales/aux. En première ligne pour accompagner les personnes les plus vulnérables, les professionnel.le.s des secteurs social et médico-social sont de plus en plus souvent victimes de violences physiques ou verbales. La baisse des budgets et des effectifs augmentent très significativement les risques de passages à l’acte dans nos institutions, comme ce drame malheureusement en témoigne.

L’austérité économique produit toujours plus de violence, c’est pourquoi l’UFAS demande au gouvernement d’attribuer les moyens nécessaires pour que les personnes les plus fragiles puissent être accompagnées, que les professionnel.le.s puissent travailler en sécurité.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *