Loi de programmation militaire : il y a de l’argent pour faire la guerre !

Vous connaissez le refrain : « Il n’y a pas d’argent, il va falloir faire des efforts et vous serrez la ceinture ». Bien sûr puisque depuis la crise 2008, il tourne en continu.
C’est ainsi que s’est accrue la casse des services publics, de la Sécurité sociale, et sont apparus de nombreuses réformes dont la loi El Khomri, les ordonnances Macron, …
Pourtant, alors que nous, salariés, retraités, jeunes, privés d’emploi, précaires, devons nous serrer la ceinture et vivre avec l’incertitude des lendemains, se discute actuellement à l’Assemblée nationale la loi de Programmation militaire 2019-2025.
Une loi qui a pour objectif de porter les dépenses de défense à 2 % du PIB de la France d’ici 2025, selon les exigences de l’OTAN (organisation illégale au regard des lois internationales). Alors que le gouvernement Macron exige de nous toujours plus de sacrifices, le budget annuel de la Défense devrait progressivement passer de 34,2 milliards à 50 milliards d’euros, avec une hausse de 1,7 milliard par an jusqu’en 2022, puis 3 milliards par an jusqu’en 2025. Au total, Monsieur Macron propose d’engager 295 milliards d’euros entre 2019 et 2025 au titre de la loi de Programmation militaire dont 42 milliards pour le renouvellement de la flotte de sous-marins nucléaires de l’Ile Longue et la composante nucléaire aéroportée.
Ces choix sont contradictoires aux engagements internationaux de la France au titre de l’article 6 du Traité de Non-Prolifération (TNP) qui stipule que « Chacune des Parties au Traité s’engage à poursuivre de bonne foi des négociations sur des mesures efficaces relatives à la cessation de la course aux armements nucléaires à une date rapprochée et au désarmement nucléaire et sur un traité de désarmement général et complet sous un contrôle international strict et efficace ». Ainsi, la France viole le TNP, alors les Nations Unies viennent d’adopter le Traité d’Interdiction des Armes Nucléaires (TIAN). Ainsi, les armes nucléaires ne sont plus seulement immorales, elles sont illégales depuis le 7 juillet 2017.
La lutte pour la Paix et le désarmement dans le monde, notamment nucléaire, s’inscrivent dans les priorités de la CGT.

La guerre est toujours un échec. Elle conduit au chaos et enfante des monstruosités dont sont victimes les peuples et les populations civiles jetées sur le chemin de l’exil.
Lorsque la guerre se développe, que les dépenses militaires augmentent et que la paix est menacée, il est nécessaire d’agir pour obtenir des politiques sociales, économiques, environnementales, culturelles et de paix s’inspirant de la charte des Nations Unies et de la culture de la Paix définie par l’Unesco afin de contribuer à la construction d’un monde de justice, de solidarité, de fraternité et de Paix !

Engagée dans un syndicalisme de transformation de société pour un Développement Humain Durable, la CGT exige que la France :
 ratifie et applique le Traité d’Interdiction des Armes Nucléaires de l’ONU ;
 renonce à porter son budget militaire à 2 % du PIB ;
 se retire de l’OTAN ;
 s’engage résolument à construire une politique de Paix et de prévention des conflits en application de la Charte des Nations Unies et des résolutions de l’ONU pour une culture de la Paix.

La CGT, acteur au sein du Collectif National « En marche pour la Paix », vous invite à signer la pétition du Mouvement de la Paix, exigeant de la France la ratification du Traité d’Interdiction des Armes Nucléaires :
https://www.mvtpaix.org/wordpress/petitions/

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *