Pour la convergence des luttes !

La Convergence Nationale Rail, fondée en 2011, regroupe des collectifs et comités d’usagers du rail, des syndicats de cheminots, des élus, des collectivités, et des adhérents individuels qu’elle unit pour la défense et le développement du service public ferroviaire.

Elle agit également au sein de la Convergence nationale des collectifs de défense et de développement des services publics, aux côtés des défenseurs de l’hôpital, de l’école, de la poste, etc. victimes d’une attaque de grande ampleur des gouvernements néo-libéraux et de l’Union européenne qui promeut leur dérégulation au nom du principe intangible d’une économie de marché où la concurrence serait libre et non faussée.

Les projets gouvernementaux pour le chemin de fer, suivant les rapports Duron et Spinetta, déclarent la guerre tant aux cheminots qu’au service public et au train lui-même en tant que mode de locomotion structurant du territoire.

Non, les prétendus privilèges des cheminots ne constituent en rien une cause des coûts élevés du train, qui proviennent d’un sous-investissement des pouvoirs publics dans le rail depuis des décennies. Le chantage à la dette avait déjà été avancé par le gouvernement Hollande en 2014 pour tenter de justifier l’éclatement de la SNCF en trois établissements… éclatement effectif, tandis que la reprise par l’État de la dette n’a pas eu lieu, et maintenant on demande aux futurs cheminots de renoncer au statut pour une reprise de la dette sur laquelle le gouvernement est des plus flous, l’escroquerie ne trompera personne ! Les « petites lignes » ferroviaires ne seraient pas abandonnées… mais leur gestion transférée à des régions dont les moyens financiers ne suivent pas et dont les contours ne correspondent pas aux réalités du réseau ferroviaire, qui est dupe ?

Nous dénonçons la manipulation que constitue le « verdissement » de la politique proroutière du gouvernement, comme si les voitures électriques ou autonomes réglaient quoi que ce soit à l’encombrement de l’espace public par le transport individuel et au gâchis énergétique considérable qu’il représente par rapport au transport ferroviaire. Le transport collectif le plus sûr, rapide, confortable et économe est le chemin de fer : la politique anti-ferroviaire détourne les voyageurs du transport collectif en général, c’est une politique structurellement anti-service public.

La CNR dénonce également les manœuvres de certaines associations d’usagers qui fustigent l’arme la plus efficace dont disposent les cheminots pour s’opposer à la politique anti-ferroviaire du gouvernement, la grève, et présentent l’ouverture à la concurrence comme une solution pour améliorer le service public et combler les carences de la SNCF, ignorant le fiasco de la dérégulation du fret ferroviaire, qui n’a profité qu’au transport routier. Pas un seul opérateur privé ne s’est intéressé aux trains de nuit sacrifiés, et le sous-investissement dramatique dans l’infrastructure réseau ne sera jamais résolu par la mise en concurrence. Seule certitude : il faudrait rémunérer les actionnaires des sociétés ferroviaires privées, quel progrès pour les usagers !

Pour mettre en échec les plans d’une gravité extrême de Macron contre le rail et le service public en général, il convient d’en dénoncer la cohérence globale dans un projet politique contre le monde du travail, dont les cheminots constituent un bastion organisé et combatif. Ils peuvent compter sur la solidarité active de la CNR dans leurs luttes.

RDV le 22 Mai 2018 pour une journée d’action et de mobilisation

 
Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *