Appel du Congrès fédéral Santé et Action Sociale

FACE AU GOUVERNEMENT, LE CONGRES APPELLE A SE RASSEMBLER.

ORGANISONS LA CONTRE-OFFENSIVE!

La Fédération CGT de la Santé et de l’Action Sociale a tenu son 12ème Congrès du 28 Mai au 1er Juin 2018 dans un contexte d’austérité économique sans précédent dans notre secteur.

Nous apportons notre entier soutien aux cheminot-es en grève et qui luttent pour la sauvegarde du service public ferroviaire et de la défense de leur statut.

Tout comme elles et eux, la défense du statut des agent-es hospitalier-es, des conventions et garanties collectives des salarié-es de notre champ est bien à l’ordre du jour dès à présent.

Le projet de « refondation du contrat social » dans la Fonction Publique par le ministre du budget est une nouvelle agression: généralisation des contractuel-les, salaire au mérite, plan de départ volontaire, fusion des instances représentatives….Derrière le statut, ce sont les services publics qui sont attaqués frontalement. De même, les régimes spécifiques de retraite( CNRACL, IRCANTEC) et les œuvres sociales à travers le CGOS sont menacées.

Tout au long du congrès, les délégué-es ont fait état d’une situation proche du chaos dans leurs établissements et associations. Les hôpitaux sont heurtés de plein fouet par les GHT et par l’affaiblissement des moyens de fonctionnement alloués. Le secteur social et médico-social est confronté au même sous financement chronique pour accomplir nos missions.

Les ARS accentuent encore plus la casse des services dédiés à la population.

Partout les luttes se multiplient. Dans le public comme dans le privé, les résistances s’organisent.

Le gouvernement « jupitérien » accélère plus encore sa politique destructrice.

Les déclarations de la ministre Agnès Buzyn sur le « plan de transformation du système de santé » et la poursuite des GHT, s’inscrivent dans la logique de la destruction du système de santé et de la protection sociale. Elle annonce également de l’article 93 du statut qui permettra le licenciement des agent-es.

Alors que la Tarification à l’activité asphyxie les hôpitaux, la ministre accélère le virage ambulatoire à marche forcée. C’est la perspective de nouvelles suppressions de postes, de services et de nombreux hôpitaux de proximité déjà en grande difficulté.

Après deux journées de mobilisations historiques dans les EHPAD, les quelques mesures de Mme Buzyn ne répondent absolument pas à l’exigence portée par tou-tes d’1 soignant-e pour 1 résident-e. c’est un nouveau mépris pour les professionnel-les et les résident-es.

Face à cette situation, le congrès exige l’arrêt immédiat des fermetures de lits et des suppressions et gels de poste dans les secteurs du sanitaire, du social et du médico-social.

Nous réaffirmons vouloir stopper la mise en place des GHT.

Nous portons l’exigence d’un Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale à la hauteur des enjeux et des besoins de la population.

Nous revendiquons le retrait immédiat du projet de « refondation de contrat social » et la défense du statut.

Nous défendons nos CHSCT qui œuvrent dans l’intérêt de tou-tes les salarié-es.

Nous réaffirmons notre refus de la retraite par point et la défense de la retraite par répartition, de la catégorie active, du départ à 60 ans et du calcul sur les 6 derniers mois dans la FPH.

Nous nous battrons pour le maintien de nos conventions collectives attaquées tous les jours par les employeurs.

Nous revendiquons la titularisation de tou-tes les contractuel-les et le passage en CDI de tous les emplois précaires dans le privé.

L’ampleur des attaques à venir impose une réponse coordonnée à la hauteur de nos revendications. La Fédération avec ses organisations syndicales prendra toutes ses responsabilités afin d’organiser une grande journée de grève et de mobilisation dans une unité le plus large possible sur la base de nos revendications pour défendre notre système de Sécurité Sociale et de protection sociale.

Dès à présent, le Congrès appelle à la préparation du rassemblement général des salarié-es du public et du privé, des retraité-es et des usagers pour un mouvement social de grande ampleur pour mettre un coup d’arrêt aux politiques de régressions sociales du gouvernement Macron;

Montpellier le 31 Mai 2018

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *